Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/dynamiquesartsvivants/www/config/ecran_securite.php on line 283
Plouf / OSNI (Objet Scénique Non Identifié) - Dynamiques des arts vivants en Massif central Dynamiques des arts vivants en Massif central

DYNAMIQUES
DES ARTS
VIVANTS
EN MASSIF CENTRAL

L'ACTUALITÉ DES DAV

Plouf / OSNI (Objet Scénique Non Identifié)

Théâtre

Plouf / OSNI (Objet Scénique Non Identifié)

« Plouf » mêle, performance, fausse conférence, profération, musique, improvisation, comptines, chant, récitation, dégustation de saucisson, poésie sonore et écrite, politique fiction, automatisme lingual, pas de danse, bifurcations et ratures.

« Il m’est apparu que l’histoire des trois petits cochons avait une place centrale dans notre civilisation, que c’était un peu le moment clef, le nœud du problème, la genèse en quelque sorte. En tous cas qu’y avait quelque chose qui commençait au moment même ou on pense que c’est fini… l’histoire, elle continue… c’est autre chose… plus la même histoire… et pourtant… Alors, ça m’a fait m’interroger sur cette notion de fin… C’est quoi ça la fin ? C’est quoi qui finit ? C’est quoi qu’y avait à finir ? Est ce que c’est bien finit… ? Et si, ce qu’on appelle la fin des trois petits cochons, c’était le début ? Si la fin des trois petits cochons c’était en fait la naissance du capitalisme ? »
Jean-Louis Baille

« Avec Plouf, nous voulons conserver l’esprit des lectures /performances qu’a réalisé Jean-Louis depuis un an. Une forme légère qui inclut toujours une part d’improvisation et de liberté, capable d’être joué n’importe où. Pas de « mise en scène », mais une « mise en contact » entre texte et musique, voix et gestes, sons et silence, ceux qui jouent et ceux qui écoutent. »
Lucie Gougat

Quelques extraits :

« On va bien finir pas finir. Festin en filigrane, ras l’fion des graines, le loup veut du vivant, du vif, ça qui fait loup, le vrai, fonction ontique à ras museau, le trip barbaque… Bigre, des briques ? Pas allé de main morte le cochon, malgré papatte genre moignon, du mastoc, le top pas toc, le stock, torché en bloc, le mode pas d’moque, pas d’breloque. Briques and co, déco en trop. On fait pas dans le berlingo, styl’ rococo, stuc à gogo, non. Du lourd. Du pour longtemps. Du tant qu’à faire faut que ça tienne. Et hisse et haut. C’est du costaud. Gros œuvre et gros moyen. Bref, le loup a pour ainsi dire, du pain sur la planche… Il se gonfle en inspir, s’étire et lâche à la volée masse tenace en particules version tempête et tourbillon de bouche ou fion selon version… pour peau de balle. Il calle, râle, détale, se fait la malle, revient… Tiens, une échelle ? Pourquoi pas ? Le loup doit poursuivre… »

« Le sujet, c’est la fin.
C’est ce moment qui nous intéresse. cet événement qu’on appelle fin.
Ce n’est est pas l’événement lui-même, mais c’est quand même un événement….
A un moment donné, il se passe… On voit bien qu’il se passe quelque chose.
C’est ça qu’on appelle l’événement. L’événement fin.
On se dit juste, voilà, c’est fini. Il y a un événement et plouf.
En fait, la fin ce n’est pas vraiment l’événement.
Ce n’est pas vraiment l’événement qu’on appelle fin.
La fin, c’est après. C’est après l’événement.
C’est plouf. Plouf.
En fait, non…
Plouf n’est pas vraiment la fin, pas vraiment. Plouf c’est autre chose.
Et la fin c’est autre chose, c’est autre chose que Plouf.
En fait la fin, c’est le moment juste. Juste le moment où on se dit, c’est fini.
C’est un intervalle. C’est ça.
Plouf, c’est autre chose.
C’est après. C’est l’après fini. L’apfin. L’apfin cut. Le bridge.
En fait, c’est la fin, mais c’est pas fini.
C’est au moment où c’est fini que ça peut continuer.
Et c’est plouf. »

« Maintenant que cochon a vaincu le loup, c’est nouveau. Il y a le nouveau de ça C’est important. C’est vraiment important. Et c’est très valorisant Avant c’était des petites victoires, des toutes petites victoires. La victoire de cochon contre rat. De cochon contre cochon. De cochon contre dindon. Maintenant c’est contre loup. C’est autre chose. C’est très valorisant pour cochon. Ca lui donne une grande confiance, une grande assurance, une grande force, une grande rigueur, une grande capacité, un grand respect de lui même, une grande ambition, une grande excitation. Ca lui permet de rêver à autre chose. Cochon se dit, « si cochon peut vaincre loup, c’est qu’il y a grande force dans cochon, grande intelligence, grand potentiel. » - cochon parle comme ça, on sait pas pourquoi - « Cochon doit exploiter ce potentiel entre cochons, c’est cochon cochon, et cochon cochon, c’est plus que cochon » »

Créée en 2013 par Compagnie des Indiscrets

Finalisation de la création : Création finalisée

Distribution :

- Lucie GOUGAT, (Metteur en scène, auteur)

Née en 1972 au Chesnay. Elle se forme à l’Ecole du Cirque d’Annie. FRATELLINI, puis à l’Ecole Internationale de Théâtre Jacques. LECOQ. Elle participe à plusieurs stages : Commedia dell’arte avec Ariane. MNOUCHKINE, Clown avec Philippe. GAULIER et Pierre. BYLAN, Texte avec Jean.Paul. DENIZON…. Co-fondatrice de la Compagnie des Indiscrets, elle s’est spécialisée dans la mise en scène de créations originales, Impasse de la baleine (1994), Mieux vaut vivre... (1995), La ruelle d’Odile (1996), Tramps ou il pleut dans mes chaussures (1997), Les cambrioleurs (2000), Solomonde (2009). Elle a également mis en scène En attendant Godot de Samuel Beckett (2002) et Croisades de Michel Azama (2005).

- Jean-Louis BAILLE (Comédien, chanteur, auteur)

Né en 1965 à Sète. Se forme au Conservatoire et à l’Université de Montpellier avec Jacques. BIOULES puis à Paris à l’Ecole de Jacques. LECOQ. Il a également participé à de nombreux stages avec entre autres, Philippe. GAULIER, Pierre. BYLAN et Fred. ROBBE (clown) ;Yves. MARC, Yoshi. OIDA, Théâtre de Complicité (mouvement) ; Michel. LOPEZ (improvisation), Vicente. FUENTES et Haïm. ISAACS (voix et chant), Richard. CAYRE (Buto) … A travaillé avec Norbert. ABOUDARHAM, Christophe. THIRY (cabarets), Babette. MASSON, Max. EYROLLES, Gersende. MICHEL et surtout avec la Compagnie des Indiscrets dont il est co-fondateur et pour laquelle il a écrit les textes d’ Impasse de la baleine, La ruelle d’Odile, Solomonde et co-mis en scène Les Cambrioleurs et Croisades. Il se consacre également à l’écriture de texte plus résolument poétiques dont Canis Lupus Limited et Plouf créé à la scène en mars 2013 pour le Printemps des Poètes en Normandie.

- Julien MICHELET (Musicien, compositeur)

Après des études aux Beaux Arts d’Angoulême, Julien se forme au conservatoire d’Angoulême dont la classe d’électroacoustique d’Elisabeth SIKORA et à l’Institut des musiques modernes et improvisées de Laurent ROUSSEAU. Et tant qu’instrumentiste, il intervient à la basse et contrebasse dans plus de 30 formations différentes en jazz , rock, improvisation libre… Comme compositeur, il travaille pour lui-même, le groupe Marilyn’s Dressing Room, One K, François BERTIN, Florent MULOT, Dominique PLAS…

Partenaires :

Ce projet est coproduit par le Théâtre de l’Union - Centre Dramatique National du Limousin et le Théâtre des Sept Collines - Scène Conventionnée de Tulle pour « Et Après » et le Théâtre du Cloître - Scène Conventionnée de Bellac pour « Pseudo ». Soutiens de « 1, 2, 3 » : LE TRANSFO - Art et Culture en Région Auvergne dans le cadre du projet Dynamiques des Arts Vivants en Massif central, Le Moulin de l’Etang - Ville de Billom, Théâtre de la Grange - Brive, La Fabrique Ephéméride - Val de Reuil, Centres Culturels municipaux de Limoges, Centre Culturel Robert Margerit - Isle, Théâtre Expression 7 - Limoges, Théâtre de la Passerelle et Théâtre La Marmaille - Limoges, Ville d’Issoire, Théâtre de Saumur, Théâtre Jean Lurçat - Scène Nationale d’Aubusson.

La compagnie est conventionnée par le Conseil régional Limousin et subventionnée par le Ministère de la Culture / DRAC Limousin et la Ville de Limoges.

Dispositif(s) de soutien massif :

Présentation lors des Rencontres professionnelles DAV

GALERIE PHOTOS

LES AUTRES CRÉATIONS DE CETTE ÉQUIPE ARTISTIQUE

Et après…

Et après…

Théâtre Limousin