DYNAMIQUES
DES ARTS
VIVANTS
EN MASSIF CENTRAL

L'ACTUALITÉ DES DAV

Ouverture par les élus

JPEG - 140.9 ko

C’est au Théâtre des Sept Collines que Simon Pourret, Directeur du TRANSFO, a introduit les débats, rappelant la dimension collective de ces rencontres qui sont le fruit d’un partenariat fort, engagé entre cinq opérateurs des régions Limousin, Languedoc-Roussillon et Auvergne depuis plusieurs années. Après avoir évoqué quelques unes des thématiques mise en débat telles que les nouveaux espaces de création artistique, la culture intégrée au développement local, les nouveaux indicateurs de richesses, l’artiste dans la société en crise, il a rappelé que les rencontres Dynamiques des Arts Vivants en Massif central sont également un moment de découverte artistique qui donne la possibilité à des compagnies et à des équipes de montrer leur travail et d’en parler. Idem pour les lieux et structures culturelles qui sont invités à mieux faire connaître les activités qu’ils proposent sur leur territoire.

JPEG - 177.9 ko

Bernard Combe, maire de Tulle, très heureux d’accueillir les rencontres a évoqué la situation des artistes dans un contexte de crise, où l’argent public se fait de plus en plus rare. Considérant la culture comme répondant à des besoins essentiels de la
population, il a rappelé le rôle « essentiel » qu’elle joue pour contribuer au développement des territoires, particulièrement dans les secteurs géographiques isolés.

Des propos complétés par Alain Lagarde, adjoint au maire en charge de la culture et des finances à la Ville de Tulle, et conseiller régional, qui a évoqué la complémentarité entre action culturelle et vitalité associative pour maintenir du lien social.

Nicole Rouaire, vice-présidente du Conseil régional d’Auvergne, en charge de la culture, du patrimoine et du développement des usages numériques, a rappelé son intérêt pour le projet : « Lors des premières rencontres à Marvejols, j’avais insisté sur la nécessité de travailler au niveau Massif central et de s’inscrire dans l’espace européen. Cela s’avère plus que jamais indispensable si l’on veut sortir des clichés d’une Auvergne enclavée, vieillissante et donc peu attractive ; les coopérations et les mises en réseau initiées par les différentes agences culturelles montrent leur efficacité pour le développement des compagnies et des projets.
La place de l’espace rural, ses interactions avec l’urbain ont encore besoin d’être étudiées. Le travail de prise en compte de la culture comme élément fondamental d’attractivité du territoire a besoin d’être renforcé et les artistes ont un rôle majeur à jouer … »

Christophe Russ, chargé de mission au Commissariat du Massif central, représentant le Préfet de la région Auvergne, coordonnateur du Massif central, a rappelé les grands principes des programmes Massif central : « Les programmes 2007-2013 visent à lutter contre la baisse démographique des territoires ruraux et des zones peu denses qui composent cet espace ». Il a ensuite évoqué la question de la culture dans ces programmes : « Nous sommes convaincus que la culture est vecteur d’attractivité et de lien social dans notre territoire. Les programmes 2007-2013 ont soutenu 24 projets culturels favorisant l’expérimentation et/ou la mise en réseau des acteurs, qui étaient souvent isolés. Pour soutenir les projets culturels, les programmes Massif central ont apporté 14 millions d’euros d’aide dont 5,5 millions de FEDER (Fonds européens).

Concernant les programmes 2014-2020, il a été rappelé l’importance de la place de la culture comme facteur d’attractivité et de lien social dans nos territoires de montagnes. Aujourd’hui, nous avons toutes les assurances que le schéma de Massif se déclinera bien en une convention de Massif et dans un programme
opérationnel interrégional Massif central. Pour ce dernier, les orientations validées par le comité maintiennent l’enjeu prioritaire de regain démographique des territoires du Massif central.

La gestion du FEDER étant confiée maintenant aux régions, la rédaction en incombe à celles-ci et à ce jour, deux axes ont été retenus : la culture sera traitée sous l’angle de la diffusion et de l’eCulture au sein de politiques d’attractivité des entreprises et d’intégration des populations. Concernant la future convention de Massif central, et plus particulièrement sur la thématique culture, la parole de l’Etat insiste sur le soutien à la diffusion interrégionale des œuvres culturelles dans les territoires de marge en s’appuyant sur les réseaux associatifs locaux. Il nous faudra veiller à l’articulation de ces éléments afin d’identifier des actions qui présentent une réelle plus-value Massif central par rapport aux actions développées dans chaque région ».