DYNAMIQUES
DES ARTS
VIVANTS
EN MASSIF CENTRAL

L'ACTUALITÉ DES DAV

Échappés de Sangatte

Musiques actuelles

Échappés de Sangatte

Autour du Taj Mahal s’élèvent les chants obscurs des âmes des tailleurs de marbre sacrifiés à son érection. De même, errent dans Sangatte les fantômes des bonnes intentions de la multinationale Europe.
L’histoire ne retient que les édifices. Notre désir a été de travailler sur cette mémoire qui nous échappe, cette mémoire défaillante qui crée le lapsus « échappés »
de Sangatte. La compagnie a eu le projet de monter un spectacle musical. Le trajet de cette échappée est un « tour du monde sans carte de séjour », mais, comme les âmes sacrifiées, un tour du
monde « en soi-même », non pas tourisme exotique mais méditation endotique.

Le matériau sonore est donc le fruit de ce qui est arrivé jusqu’à nous, comme la trace des violons afghans et des éclats des bouddhas de Bâmiyân déterrés après le passage des Talibans.
La musique témoigne. Le spectacle commence dans le noir, le spectateur y retrouve un sens primordial : l’ouïe. L’affiche rouge est dans la mémoire de la France, mais elle lui semble aujourd’hui étrangère.
Surgissent des voix serbes, échantillons sonores catapultés, aux limites de notre capacité à entendre puisqu’à comprendre. La mesure de cette première composition contient treize croches. Dans l’arrangement aussi nous travaillons sur l’incompréhension
de ce qui nous est étranger. Une cloche retentit pour sonner l’alarme.

Au sens nous substituons la sensation. Nous entrons ensuite dans des formes musicales plus rassurantes, traditionnelles, des transes qui invoquent des sentiments
forts. D’abord la rage, fondatrice, qui nous a fait venir au seuil du monde, le plateau, puis la colère slamée... Les limbes s’invitent et font résonner la vieille chanson moyen-âgeuse d’un croisé qui revient de « terre sainte » avec le souvenir
des harems... Croisade des cultures. L’amour s’invite. Puisque une chanson est toujours une chanson d’amour.
Nous parcourons le coeur comme le monde avec une fièvre de plus en plus festive avant de finir avec un morceau en hommage à l’Afrique (continent avenir) qui se construit progressivement depuis les polyrythmies traditionnelles jusqu’à
l’afrobeat, le disco et la musique répétitive contemporaine qui fait bouger les foules. Une voix scande « attention il ne vous reste que trente secondes de musique vivante » et tout s’arrête.
Il n’y a pas de salut mais les musiciens envahissent la foule, égaux.

Les spectateurs qui témoignent parlent de voyage, de chant corse, d’avoir eu l’impression d’être au coeur des plaines de l’atlas.
Nous ne cherchons qu’à incarner ce qui échappe, ce qui permet de s’échapper, ce qui nous rappelle notre désir envers les autres : une sincérité et une liberté telles que le camp de Sangatte devienne, dans notre souvenir utopique, une prison.

Distribution :

Équipe artistique :
- Adrien Ledoux : interprète
- Pierre Cauty : batterie
- Aurélien Térrade : guitare clavier
- Julien Francillout : basse
- Gilles Puifages : accordéon

Équipe administrative :
- Philippe Labrousse / tournée production et management

Partenaires :

Des Lendemains Qui Chantent via les Dynamiques des Arts Vivants en Massif Central

Commentaires :

PDF - 1.7 Mo
Dossier de presse / Échappés de Sangatte
PDF - 263.4 ko
Fiche technique / Échappés de Sangatte

GALERIE PHOTOS

GALERIE VIDÉOS